El Camino Frances (2)


 7 Septembre : De Burgos à Leon

El puente de Itero del Castillo, un des plus longs ponts romains que traverseront les pèlerins 

Castrojeriz

 

Comme tous ces villages sur le Chemin la ville compte un important patrimoine religieux et un bon nombre d'auberges pour l'accueil des pèlerins......mais aussi une très belle fontaine et aussi une spécialité culinaire.

La Morcilla dite de Burgos a vu le jour à Castrojeriz.

Essentiellement au riz (arroz), elle se distingue de la Morcilla de Valencia qui est aux oignons (cebolla)

Personnellement je préfère celle de Valencia...celle de ma grand-mère, bien sûr ! 


De Castrojeriz à Sahagun en passant par Frómista le chemin longe la N120 qui traverse la Meseta.
Région particulièrement aride s'il en est.

Beaucoup d'admirations pour ces pèlerins déterminés et souriants.

 

 

Ils l'auront bien mérité le tampon sur leur

   "Crédential"

à l'arrivée de l'étape.
(ici celui de Burgos)


L'église San Martin de Frómista mérite sans la moindre hésitation le premier prix de l'humilité.
Non seulement c'est un très bel édifice roman mais l'intérieur est totalement  dépouillé de tout signe de luxe ostentatoire. Pas de retable, pas de vitraux et autres peintures. 
Rien qu'un crucifix et deux statues : St Martin (normal elle lui est dédiée) et St Jacques ( ..et pour cause)


 

Sahagun

Sahagun revendique d'être le point géographique médian du Camino Frances.
Vestiges d'une ancienne abbaye Clunisienne



 

León

 

 

Le trait le plus remarquable de l'immense cathédrale gothique Santa María réside dans ses vitraux aux thèmes variés et pas spécialement religieux.(125 fenêtres et 57 médaillons)

 

Placés très haut il est particulièrement difficile d'en apprécier les détails......et j'avais oublié mon téléobjectif pour réaliser de belles photos.
Je me suis contenté de mon iPhone.




 

 

 

Pour les amis CC nous avons passés la nuit sur un grand parking, derrière la cathédrale avec la bénédiction des gardiens municipaux chargés du contrôle des tickets de stationnement.
gratuit de 20h à 10h.(en dehors,0.30€/heure)
N42°36'2'' -  W5°33'53"

Ci-contre une vue sur la cathédrale depuis notre lit.
Enfin tout dépend de la forme de ta chambre et dans quel sens tu gare ton CC.



8 au 10 septembre :...de León à Santiago de Compostela

 

 

Le pont le plus long traversé par les pèlerins.
200m de long et 19 arches........ totalement empierré, mieux vaut avoir de bonnes chaussures...Gully l'a fait (aller et retour) 

Hospital de Orbigo


Astorga.....capitale de la Marageteria, du nom d'un groupe ethnique d'origine inconnue , peut-être berbère,
" Les Maragatos"

L'évêque de l'époque demanda à son grand ami  Gaudi
de lui construire ses appartements ( super le HLM !!)
Cet ancien palais épiscopal est devenu

                 " Le Palais Gaudi"



 

de Astorga à Ponferrada par le LR 142

Pour grimper jusqu'à La Croix de Fer (1500m) le chemin longe le LR 142.
Les pèlerins, une fois de plus, n'aurons pas volé leur tampon sur leur "credential".


La tradition veut que l'on emporte dans son sac une pierre de chez soi et qu'on l'abandonne au pied de la Croix de fer...
D'autres y laisse un objet auquel ils tiennent en guise d'ex-voto.
....ces deux charmantes américaines, fourbues après la "grimpette", ont fini l'étape du jour dans notre camping-car.


 

El Acebo


A trop vouloir suivre au plus près le Chemin empruntés par les jacquaires, en CC ,on va vers de possibles mésaventures.

Impossible de croiser un autre véhicule sur plusieurs centaines de mètres dans ce village, non pas pour la largeur...amis pour la hauteur à cause des balcons particulièrement avancés sur la chaussée.
Pas de contournement possible et aucun panneau de signalisation routière pour prévenir du danger.
Quand on le réalise il ne reste plus qu'a espérer que personne ne vienne en face.
.....ce jour là Saint Jacques était là pour nous.

 

Après avoir quelque peu sué pour arriver au Col, les pèlerins découvrent, avec soulagement je présume,

El Acebo,  arrivée de l'étape.

 

Pour les amis CC, nous avons passé la nuit à Ponferrada
sur une grande aire avec services et électricité (5€),
derrière une station Shell (coquille en anglais)
N42°32'42" - W6°34'57"

 

 


 

De O'Cebreiro à Triacastela.......

Une route panoramique de toute beauté avant d'atteindre ce col.


 

Un dimanche à Santiago de Compostelle

Chaque jour des milliers de touristes et de pèlerins du monde entier viennent se recueillir sur le tombeau de l'apôtre Saint Jacques et leur premier réflexe est de se diriger vers la place de l'Obradoiro afin d'y admirer la célèbre cathédrale avant de se diriger vers l'intérieur pour s'y recueillir, prier ou simplement apprécier la réalisation architectonique.

 

Coup de bol ou Grâce de Dieu nous sommes arrivés à

St Jacques le jour où l'on y célébrait la naissance de 
la Vierge Marie.
Assister à la messe quotidienne du pèlerin à 12 heures,
fut une épreuve de patience. Un file d'attente de plusieurs centaines de mètres sur la place de l'Immaculée, ralentie par une fouille systématique, avant de pouvoir entrer.
A 11 heures il n'y avait déjà plus de place assisses.
Pas moins de trois évêques pour concélébrer la messe, dont un Kenyan, assistés de 26 prêtres de toutes nationalités.

Nous étions, à mon avis, deux mille personnes présentes.
A la fin de la cérémonie, ô miracle nous avons eu droit à la mise en action du "botafumeiro".
Très exceptionnel au cours de l'année liturgique.


 

 

Pour les curieux et les patients (7 minutes) à visionner ci contre........................

 

Le "botafumeiro" est un énorme encensoir de métal argenté d'un peu plus d'un mètre et demi de haut. Il pèse 72 kilogrammes.
Il est mû par huit hommes.
Quand on l'alimente d'une bonne dose de braises de charbon de bois et d'encens et qu'on le fait balancer au bout d'une grosse corde de chanvre, il diffuse un épais nuage de fumée odorante.
Il est couramment admis qu'il était destiné autrefois à masquer la mauvaise odeur de sueur et de crasse laissée par les pèlerins.


 

En ville l'ambiance est très conviviale. Les gens échanges beaucoup notamment sur leur provenance tant il est vrai que la foule est cosmopolite. 
Dans les rues autour de la cathédrale que des magasins de souvenir et des restaurants....la spécialité galicienne : le poulpe...nous avons cédé à la tentation chez" Maria Castana" ....un régal. 


On ne pourra pas dire que la main de l'homme n'y a jamais mis les pieds....

       Sur la place Feixo, une fleur parmi les fleurs.


 Pour les amis CC nous avons passé deux nuits sur un parking dans le quartier des Facultés mais non autorisé en période universitaire.
N42°53'27" - W8°32'46"

 

Fisterra

 

Normalement le pèlerinage s'arrête à Fisterra, sur la plage où accosta la barque transportant le corps décapité de l'apôtre Jacques le Majeur.

 

La tradition veut que l'on y vienne brûler ses vieux vêtements pour abandonner sa vieille peau et revêtir des habits neufs pour symboliser l'homme nouveau que l'on est devenu...

 

Trois étapes à pied de St Jacques de Compostelle au Kilomètres zéro que peu de pèlerins parcourent....on les comprend d'autant plus que de nos jours les fringues sont pas  données.

On a cramé le camping car mais notre assurance à rien voulu savoir pour nous le remplacer par un neuf.....

 

 

Au pied de cette croix des traces de feu persiste ainsi qu'entre des rochers surplombant l'océan.
Les traditions subsistent malgré l'interdiction ostensiblement affichée. 


 

Conclusion  :

 

Merveilleux évènement que ce pèlerinage,   bien que nous ne l'ayons fait à pied.
Certes pas de souffrances physiques, voire morales, comme le "vrai" pèlerin.
Pas d'échanges intenses tout en marchant ou le soir dans les refuges.
Moins de paysages grandioses ou d'odeurs estivales à travers champs que les randonneurs.
Pour autant, ce voyage au cours des siècles aura été captivant tant du point de vue culturel que relationnel, que ce soit avec les jacquaires qu'avec les autochtones.
Mais surtout deux grands instants de partage que furent les messes du pèlerin au départ du Puy et à l'arrivée à Saint Jacques.


 

                                  Le Chemin .........c'est une ville qui marche

 

.........avec admiration pour toutes celles et tous ceux qui l'ont ainsi parcouru


Retour début Camino Frances 1 ( cliquez sur le lien ci devant)  ou Début du Voyage 


Écrire commentaire

Commentaires : 0